Logo page interne

logo interne

Ecrivez-nous

btn contact

L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Solebio, LA BIO

LA BIO

LA BIO

La définition de l’Agriculture Biologique

 

L’IFOAM (International Federation of  Organic Agriculture Movement = Fédération Internationale des mouvements d’Agriculture Biologique) définit l’agriculture biologique comme étant : « un système de production qui maintient la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. Elle s'appuie sur des processus écologiques, sur la biodiversité et sur des cycles adaptés aux conditions locales, plutôt que sur l'utilisation d'intrants ayant des effets néfastes. L'agriculture biologique allie la tradition, l'innovation et la science au bénéfice de l'environnement commun [...] ».

 

Une histoire

La première filière Bio a été crée en 1931 en France par Raoul Lemaire (fertilisation des sols, fabrication des farines…). Il fait équipe dès 1964 avec Jean Boucher qui a crée en 1958 le premier Groupement de l’Agriculture Biologique (GAB) de l’Ouest et en juin 1961 l’Association Française d’Agriculture Biologique (AFAB). En 1970, l’agriculture Biologique est présente pour la première fois au salon de l’agriculture de Paris et la première boucherie bio ouvre ses portes à Niort la même année.

L’agriculture Biologique s’est développé grâce à la double impulsion des producteurs et des consommateurs, médecins et nutritionnistes.

Les principaux courants ont commencé avec la biodynamie dans l’Est de la France, dans le sud avec Nature&Progrès et la méthode Lemaire-Boucher dans l’Ouest.

Dans les années 1970, les pouvoirs publics ont reconnus l’existence d’une agriculture n’utilisant pas de produits chimiques, ni pesticides de synthèse. Le nom d’Agriculture biologique a été officiellement donné en 1985, le logo AB est également né cette même année dans le but d’apporter une plus grande visibilité au consommateur.

La règlementation Européenne a été adoptée en 1991 dans un souci d’harmonisation et de transparence pour les consommateurs.

La FNAB (fédération nationale de l’agriculture biologique) qui est un organisme de défense des producteurs et des transformateurs/distributeurs bio a vu le jour à la fin des années 70.

Depuis l’origine de la création de la filière bio, l’ambition commune a été de nourrir l’humanité en nourrissant bien la terre. Les acteurs se sont organisés pour diffuser les connaissances, obtenir la reconnaissance publique et structurer la filière. Aujourd’hui, l’agriculture biologique est devenue une question centrale de société. C’est une démarche aboutie de protection de l’environnement, de la biodiversité et du bien être animal qui lui confère des bases solides pour l’avenir.

 

Une pratique douce et naturelle

La mise en application de la définition précédente se fait en s’appuyant sur le règlement relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques du 28 Juin  2007 (Règlement CE N°834/2007 ).

D’après ce règlement les objectifs de l’agriculture biologique sont d’établir un système de gestion qui respecte les cycles naturels et améliore la santé du sol et de ses composants (eau, végétaux, animaux..) afin de contribuer à atteindre un niveau élevé de biodiversité. L’utilisation de l’énergie et des ressources naturelles doit être faite de manière responsable. Le but final est de produire une grande variété de denrées alimentaires répondant à la demande des consommateurs et produites grâce à des procédés ne nuisant pas à l’environnement, à la santé humaine, à la santé des végétaux ou des animaux.

Les principes généraux de la production biologique sont d’utiliser les ressources naturelles internes au système : Utiliser les organismes vivants et méthodes de productions mécaniques, recourir à des pratiques de culture liées au sol (en opposition au hors sol), exclure le recours aux OGM.

Des intrants extérieurs peuvent être utilisés si nécessaire de manière restreinte : Intrants provenant d’autres productions biologiques, substances naturelles et engrais minéraux.

L’utilisation d’intrants chimiques de synthèse est limitée strictement à des cas exceptionnels (intrants extérieurs autorisés non disponibles sur le marché, utilisation d’intrants extérieurs avec effets inacceptables sur l’environnement.)

 

        Un label européen 


Le mode de production de l’agriculture biologique repose aujourd’hui sur une règlementation européenne, précise et contrôlée.
Les agriculteurs bio doivent respecter des exigences strictes fixées par l'UE pour pouvoir utiliser le logo communautaire et commercialiser leurs produits sous l'appellation «biologique».
L'UE prévoit un système de contrôle strict, comprenant des vérifications à toutes les étapes de la chaîne. Les autorités compétentes sont désignées pour établir les contrôles relatifs aux obligations fixées par le présent règlement. Les agriculteurs sont contrôlés au moins une fois par an, ou plus souvent en fonction de l'évaluation des risques d’irrégularités ou d’infractions en ce qui concerne le respect des exigences prévues.
Ces exigences se traduisent également sur l’étiquetage. Les étiquettes des produits biologiques doivent respecter les mentions légales. 
Tous les produits biologiques doivent porter le logo Bio Européen, sous forme de feuille étoilée qui garantit le respect de la réglementation Bio Européenne. Le Logo AB n’est pas obligatoire mais il est souvent présent sur les produits bios français, car d’avantage reconnu par les consommateurs.